Heures d’ouverture : 8h00 à 17h00 tous les jours durant la saison estivale

Exposition Permanente «Tours de force»

La Côte-Nord est une des régions les plus riches en archéologie du Québec avec plus de 1300 sites inventoriés. L’exposition permanente réalisée en 2009 au Centre vous fera découvrir huit mille ans d’occupation humaine: Paléoesquimaux, Inuits, Basques, Anglais et Français sont tous venus à des époques différentes découvrir cette région. Leurs traces nous révèlent une histoire souvent méconnue.

Cette visite commence par une projection multimedia.

De Tadoussac à Pointe-des-Monts
La Côte du bois
Abondance et mobilité.

Bien avant l’arrivée des Européens, le secteur de Tadoussac est un carrefour naturel de rencontres et de partage, documenté par les recherches archéologiques. Une attraction majeure attire les groupes amérindiens, les incitant à venir et à revenir dans la région : la chasse au phoque.

Il y a aussi la forêt, protectrice, nourricière, où ils se réfugient en saison froide. La survie des Européens et leur adaptation au territoire passeront par l’aide des communautés autochtones.


SITE LAVOIE ( Haute-Côte-Nord)
(situé à Bergeronnes, tout près du Centre Archéo Topo)

Ce site, situé tout près du Centre Archéo Topo, est un des sites préhistoriques les plus importants du Québec. Lieu de dépeçage du loup-marin, il est situé à 18 mètres au dessus du niveau de la mer.


De Pointe-des-Monts à Natashquan
La Côte de fer
Contacts et impacts

Experts du territoire, les groupes amérindiens sont fortement sollicités par les Européens : contacts commerciaux et religieux mais aussi contraste de valeurs. Les recherches archéologiques témoignent de changements majeurs dans l’occupation de ce territoire; la fin du nomadisme pour les groupes innus, des initiatives industrielles et de nouveaux regroupements de populations.

Eh oui, la Côte-Nord est riche en fourrures, en minerai, en bois et sa mer est un réservoir en apparence inépuisable de ressources convoitées dans plusieurs pays d’Europe.

En 1905, des entrepreneurs canadiens et norvégiens fondent la Quebec Steam Whaling Company, qui exploite la baleine bleue et le rorqual commun. L’usine capture 86 baleines en 1905, 72 en 1906 et 75 en 1908. Elle ferme ses portes en 1914.


De Natashquan à Blanc Sablon
La Côte du granit
D’ici, de loin et d’ailleurs

Dans ce secteur que l’on dit isolé, au temps des grandes missions d’évangélisation, du commerce de la morue ou des mammifères marins, des activités internationales intensives y sont pratiquées. Les recherches archéologiques documentent ce commerce des biens et… celui des âmes.

Il s’agit d’un cas exceptionnel qui met en scène des rencontres, des échanges et des occupations sur un même territoire par des groupes amérindiens, paléoesquimaux, basques, anglo-normands, français, anglais, terre-neuviens, inuits, innus… Plus de 8000 ans d’occupation: les preuves sont là!

LES BASQUES:

Trois sites sur la Côte-Nord nous rappellent la présence basque dès le 16 ème siècle.

Midlle-Bay (basse-Côte-Nord)

Île Nue (Mingan)

Anse-à-la-cave (Les Bergeronnes)


MUSQUARO

Site d’importance majeure pour les Innus, Musquaro est le lieu de rassemblement le plus important de la Côte-Nord après Betsiamites (Pessamit). Les Euro-Québécois y font commerce de 1760 à 1925. Tour à tour s’élèveront trois chapelles dans ce lieu.